Interview de Dominique Bardin-Bontemps, documentaliste au Musée des Beaux-Arts de Dijon

Dominique Bardin-Bontemps gère la documentation du Musée des Beaux-Arts de Dijon… elle nous décrit son quotidien professionnel…

logo-musee-beaux-arts-dijon

Bonjour Madame Bardin-Bontemps, vous travaillez au sein du Musée des Beaux-Arts de Dijon, quel poste occupez-vous à l’heure actuelle?

J’occupe le grade d’attachée de conservation du patrimoine et ai la charge de gérer la documentation du musée des beaux-arts, ainsi que d’administrer la base de données et ses modules.

Grâce à quel parcours avez-vous accédé à ce poste ? 

Je suis titulaire d’une maîtrise d’histoire de l’art et d’archéologie et d’un DUT en documentation. Je suis entrée au musée en tant qu’auxiliaire chargée de mission sur le service culturel, communication et bibliothèque.
En 2002, j’ai pu obtenir de travailler exclusivement sur le service documentation, alors en plein développement depuis 1998 (nous venions de nous doter du logiciel documentaire et de gestion des collections Micromusée, développé par la société Mobydoc)

Pourriez-vous nous expliquer en quoi consiste votre métier ?

Je suis missionnée pour faire fonctionner le service documentation du Musée des Beaux-Arts. En interne, en offrant à l’équipe scientifique et au personnel de médiation la documentation nécessaire à l’accomplissement de leur propre travail et en externe, en mettant à disposition d’un public spécialisé ou non, la documentation sur les œuvres du musée ainsi qu’une documentation plus générale dans le domaine de l’art. Je suis également chargée de faire fonctionner la base de données Micromusée et ses modules.

MBA Dijon – Tombeaux des Ducs de Bourgogne sur http://mourners.org/about.html

Plus précisément, quelles missions vous sont fixées au Musée des Beaux-Arts ?

Six types de missions se distinguent :

  1. D’abord dans le domaine de la recherche, je dois répondre aux demandes des chercheurs en interne et en externe, effectuer des recherches sur les œuvres, les artistes, les collections, le musée, l’art en général dans la documentation et la bibliothèque, vérifier et mettre à jour les informations dans la base Micromusée et dans les dossiers documentaires, et enrichir dans le même temps les dossiers consultés, envoyer par courrier postal ou électronique les documents photocopiés ou scannés aux chercheurs, et enfin orienter les chercheurs vers d’autres centres de documentation ou leur indiquer des pistes de recherches.
  2. En ce qui concerne l’administration de la base de données et de ses modules (Opacweb, Wmedia, …), je gère les droits, les limitations d’accès à la base, les mots de passe des différents utilisateurs internes, j’élabore une/des charte(s) de saisie en interne en fonction des différents modules utilisés par l’équipe du MBA, je veille à la cohérence des saisies et au respect des chartes de saisies. Je gère les fichiers et thésaurus informatisés (corrections, nettoyage, hiérarchisation des termes, …), de fixer avec les conservateurs les objectifs et les calendriers de progression des saisies, d’établir des bilans des saisies, d’animer les réunions Micromusée en interne. Plus personnellement, je m’auto-perfectionne dans la connaissance du logiciel et de ses modules afin d’optimiser son exploitation afin de former le personnel interne au logiciel, l’informer et le former aux dernières versions ou nouveaux modules installés . Il faut aussi que j’organise ponctuellement des journées de formation pour le personnel scientifique du musée par la société Mobydoc. Je participe aux réunions Micromusée en externe (au sein de l’Association des Personnels des Musées de Bourgogne, ou dans le cadre des Rencontres des Utilisateurs Micromusée (RUM) organisées annuellement par la société Mobydoc, et je fais office d’interface entre les usagers Micromusée en interne, la DSIT Ville de Dijon et la société Mobydoc à Toulouse dans le cas de problèmes techniques à résoudre dans la base.
  3. Dans le domaine de l’enrichissement et de la communication de la base, je contribue à la saisie des données informatisées dans le logiciel Micromusée (zones et champs documentaires à saisir), j’effectue l’indexation iconographique des œuvres et la mise à jour des références bibliographiques et les références d’exposition. Je m’occupe par ailleurs de la mise en ligne de la base de données sur le site internet du musée. Reverser et diffuser les notices informatisées dans d’autres bases de données par le biais de reversements (Joconde, FRAME, bases de données du Louvre, …) font également partie des tâches qui me sont demandées. Et ponctuellement, j’effectue des saisies inventaires.
  4. La mise à jour, le classement, le conditionnement et l’enrichissement de la documentation font partie des tâches qui me sont attribuées au niveau de la gestion de la documentation.
  5. Je suis responsable de l’accueil physique du public au pôle documentation, donc de la réalisation des prestations documentaires (mise à disposition de documents, scan et photocopie des documents, aider à la recherche, réorienter vers d’autres services documentaires) lors de la journée hebdomadaire d’ouverture au public ou lors des rendez-vous accordés ponctuellement ainsi que la surveillance de l’espace de consultation et l’enregistrement des passages des chercheurs.
  6. J’interviens dans d’autres domaines divers tels que la recherche-veille et mon but est de réactualiser en permanence les informations dans le domaine de la documentation en musée, d’échanger avec les partenaires professionnels, participer aux réunions des centres de documentation dijonnais et bourguignons (secteur culturel), susciter ces réunions en fonction de l’actualité professionnelle du moment. Je suis en charge de la promotion de la documentation (présentation du service par le biais de réunions ou de visites en direction du milieu universitaire notamment), de l’accueil, de l’encadrement et de la formation des stagiaires au métier. Et enfin, j’établis les demandes budgétaires pour le service ainsi qu’un bilan annuel.

Sur un aspect beaucoup plus pratique, quels outils utilisez-vous dans le cadre de votre travail ? 

J’utilise des outils techniques comme les Outils bureautiques courants (suite Open Office, Word, Excel), un scanner et un photocopieur. Aussi, j’ai recours à des outils documentaires sous formes diverses : des logiciels (Micromusée, WMedia, Opacweb), des répertoires en ligne ou papier (thésaurus et vocabulaires spécialisés comme par exemple le thésaurus Garnier, les vocabulaires en ligne sur la base Joconde, des usuels de la bibliothèque du musée (Benezit, Thieme et Becker, …), des ouvrages, des bases de données en ligne locales (Bibliothèque bourguignonne), nationales (base Joconde, Palissy, …) et internationales (ULAN : Union List of Artist Names) et des portails de collections français ou internationaux (le moteur des collections, Europeana).

Quelles sont les qualités humaines que vous détermineriez comme indispensables pour être documentaliste ? 

Le goût pour la recherche, des qualités relationnelles et un goût prononcé pour le travail en équipe, de l’autonomie, une capacité à s’organiser et beaucoup de rigueur me semblent nécessaire dans ce métier.

Selon vous, quels sont les avantages et inconvénients du métier ? 

Le métier dans le domaine de la documentation des musées est passionnant. Je ne vois pas d’inconvénients : peut-être peut-on néanmoins déplorer le côté « souterrain », peu visible du travail accompli par les documentalistes, qui peut avoir des incidences négatives sur la reconnaissance du métier en général, mais ce n’est pas mon cas.

Et pour finir, quels conseils donneriez-vous à des étudiants qui, comme moi, envisagent de suivre la même voie que vous ? 

Le tout est de coupler la formation en documentation avec une formation dans le domaine de l’informatique ou de la communication numérique (profiter des équivalences universitaires pour cumuler par exemple un DUT info-com avec un DUT MMI, ou adjoindre à un DUT info-com une licence pro dans le domaine du multimédia, …). En parallèle, il faut se spécialiser dans un domaine de prédilection (culture, droit, …) en se dotant d’un diplôme universitaire (histoire de l’art, sciences politiques, …). Et ensuite, il ne faut pas oublier de démarcher à la fois en candidature spontanée, tout en tentant les concours de la fonction publique dans le domaine de la documentation.

Je vous remercie pour le temps et l’attention que vous m’avez consacrés ainsi que pour l’investissement dont vous avez fait preuve pour répondre à mes questions.
A bientôt !

Recevez tous les nouveaux articles, offres d'emploi et conseils de nos consultants et spécialistes directement dans votre boîte mail

Inscrivez-vous à la newsletter