Une trame pour un CV bien organisé

 

Plusieurs des personnes que j’aide dans leur recherche d’emploi veulent ajouter beaucoup d’éléments informatifs dans leur CV… et finissent par oublier les plus importants 🙂

Je vous propose donc aujourd’hui une « trame » pour votre CV. Il s’agit d’une représentation très schématique, qui ne vous empêchera pas de structurer, colorer et faire vivre votre CV en fonction de vos préférences.

Voici la trame, et en dessous mes explications :

trame CV

         1- Haut du CV

La partie la plus haute de votre CV doit être vue comme un genre de carte de visite à l’intérieur du document. Elle doit donc donner les éléments les plus importants de votre identité professionnelle : votre prénom et nom, vos coordonnées postales, téléphoniques et votre email. Facultativement, elle peut aussi préciser votre âge ou date de naissance, la détention du permis de conduire et peut également contenir une photographie.

Pourquoi je ne suis pas contre les photographies sur un CV ? A l’heure des réseaux sociaux, il est très facile pour un recruteur d’entrer votre nom dans un moteur de recherche et de trouver une image de vous… qui ne sera peut-être pas forcément à votre avantage. Donc autant ajouter une photo professionnelle sur votre CV. Par ailleurs, je trouve qu’un CV avec photo semble plus « vivant ». Mais bien sûr, il s’agit de mon avis personnel, pas d’une obligation.

A retenir : Un CV sans objectif professionnel n’est pas un CV !

Juste en dessous de ces éléments d’identification, vous n’oublierez jamais (j’insiste!) de noter votre objectif professionnel. Cela peut être le métier visé, ou le domaine d’activité. Eventuellement l’intitulé des études suivies. Attention, je vois parfois 3 métiers différents précisés à cet endroit : vous semblez indécis(e), et donnez l’impression de laisser le choix au recruteur (qui lui, cherche généralement une personne sûre d’elle-même!).

Pas d’hésitation : si vous répondez à une offre d’emploi, votre objectif professionnel devra être le même que celui précisé dans l’annonce.

Un bonus ? Vous avez forcément des points forts à mettre en avant. Une spécialisation dans un domaine, la maîtrise d’une langue vivante, plusieurs années d’expériences (ou plusieurs mois, si vous êtes encore étudiant ou jeune diplômé)… Bref, il faut que ces points forts soient visibles dès le début : d’où cette place privilégiée.

 

         2- Milieu du CV

Formation ou expériences professionnelles en premier ? Cela dépendra de votre situation.

Je vous conseille de mettre la formation en 1er si :

  • vous êtes étudiant(e) et cherchez un stage
  • vous êtes étudiant(e) et réalisez un CV pour joindre à votre dossier de candidature pour une formation.

Je vous conseille de mettre les expériences professionnelles en 1er si :

  • vous êtes étudiant(e), cherchez un contrat en alternance et avez déjà une expérience (ou stage) dans le domaine visé. Dans ce cas, vous noterez votre recherche d’alternance à la place de votre objectif professionnel ou de votre bonus, en haut du CV.
  • vous êtes jeune diplômé(e) et avez déjà au moins une expérience (ou stage) dans le domaine visé.
  • vous avez déjà travaillé, évidemment 🙂 .

A retenir : Les expériences professionnelles doivent figurer en premier,
sauf si vous êtes encore étudiant(e)

Les expériences professionnelles :

Que mettre dans cette rubrique ?

  • Les emplois : CDI, CDD, intérim, et missions en indépendant
  • Les stages
  • Le bénévolat (s’il est en lien direct avec l’objectif professionnel – sinon, vous pouvez ajouter une rubrique « autres expériences » ou « centres d’intérêt »).
  • Vos projets personnels en lien avec l’objectif professionnel, par exemple si vous tenez un blog en InfoCom

Comment présenter les éléments de cette rubrique ?

La date et la durée de l’expérience présentée doivent être bien visibles.

L’intitulé du poste, ou éventuellement la description de la mission principale qui vous a été confiée, figurera en 1ère ou 2e position la plus visible. C’est l’élément que cherchera systématiquement le recruteur.

Il faudra ensuite préciser le nom de l’entreprise ou de l’organisme. Attention, s’il s’agit d’une entreprise dont le nom est peu évocateur, il peut être bien d’ajouter entre parenthèse le secteur d’activité.

Pour finir, vous réaliserez une listes des tâches et missions que l’on vous a confiées. Soyez concrets : alimentation de la photothèque >> ajout et indexation de 1.500 photographies dans la photothèque.

La formation : 

Que mettre dans cette rubrique ?

  • Les diplômes obtenus (inutile de noter « obtention de… », la date d’obtention suffira)
  • Les études suivies mais pas validées (dans ce cas, précisez bien « niveau DUT » par exemple, peut-être avec le détail des modules validés)
  • Les formations professionnelles auxquelles vous avez participé (même celles réalisées en interne, précisez néanmoins)
  • Les MOOC et autres formations à distance

Comment présenter les éléments de cette rubrique ?

La date et l’intitulé des formations suivies sont les éléments à mettre en valeur. Vous pouvez aussi ajouter les options, notamment si elles ont un lien avec l’objectif professionnel annoncé.

Si vous êtes jeune diplômé(e) ou en recherche d’alternance, il peut être intéressant de noter la description de certaines des matières suivies, particulièrement celles qui peuvent attirer l’oeil du recruteur.

Vous pouvez également noter ici les sujets de mémoires ou de rapports de stage, les dossiers d’études rédigés, et les autres réalisations : projets tutorés, etc.

Attention : un projet tutoré réalisé en alternance sur une année universitaire, à l’image de ce qui se fait parfois en licence professionnelle, avec un véritable commanditaire peut, à mes yeux, avoir sa place dans la rubrique des expériences professionnelles. Il faudra toutefois bien préciser qu’il s’agit d’un projet tutoré dans le cadre de vos études.

 

         3- Bas du CV

Vous avez un peu plus de liberté ici. Vous pouvez ajouter bien sûr vos centres d’intérêt, votre engagement associatif, etc…

Pour cette trame de CV, je n’ai mis l’accent que sur deux rubriques, à mon sens plutôt importantes :

L’informatique : classez les logiciels par typologie, bureautique, bibliothèque, documentaire, veille, retouche d’image, vidéos, etc. Notez le niveau de maîtrise (notions, expert…).

Les langues vivantes : ce qui intéresse le recruteur, c’est de savoir si vous pouvez utiliser cette langue dans un cadre professionnel, pour accueillir et orienter des clients étrangers au minimum, ou bien les accompagner jusqu’au bout dans le service demandé. Vous savez dire « bonjour » et « bon appétit » en Swahili ? Bien pour vous! Mais ça n’a aucun intérêt aux yeux du recruteur : ne le notez pas dans votre CV.

A retenir : L’informatique et les langues vivantes doivent faire
l’objet de rubriques indépendantes

 

Cet article vous a plu? Vous avez des questions ? Poursuivons la discussion dans les commentaires 😉

Adeline LORY

Recevez tous les nouveaux articles et offres d'emploi directement dans votre boîte mail

Inscrivez-vous à la newsletter

3 réponses à“Une trame pour un CV bien organisé”

  1. Fratani
    22/06/2014 at 11:17 #

    Bonjour, j’ai accompagné des demandeurs d’emploi, des salariés, des stagiaires, j’ai du outsourcing et du recrutement. A la lecture d’un CV, j’aime lire dans le 1er tiers du CV les compétences ou domaines d’expertise. Ensuite pour chaque expérience, je préfère voir un encart Réalisations ou Résultats, dont un exemple en adéquation avec le poste visé pourra être développé dans la lettre de motivation.

  2. PoleDocumentation
    22/06/2014 at 17:06 #

    Bonjour Marie-Noëlle,
    Merci pour votre message 🙂

    Je suis d’accord avec vous pour les exemples concrets ou les résultats obtenus, ainsi que pour les domaines d’expertises s’ils se limitent à un ou deux.

    Pour la partie compétences, par contre, j’ai beaucoup de mal. Je peux comprendre que dans certains cas (cabinet de recrutement par ex?), cela soit demandé par les chargés de recrutement afin de leur faciliter le travail d’adéquation avec le profil souhaité.
    Mais pour le reste, on se retrouve parfois avec des CV arborant une rubrique compétences se présentant sous la forme d’un gros bloc de texte… sans le moindre contexte de la mise en oeuvre des compétences citées, ni même du niveau de maîtrise.

    Or, vous pourriez bien noter « experte en saut en parachute » dans la rubrique compétences de votre CV, je n’aurais pas grand chose pour vérifier vos dires.
    Alors que s’il est noté dans les expériences pro qu’en 2012, vous avez été instructrice de saut en parachute à l’aérodrome XY et que vous avez formé une quinzaine de personnes, je suis beaucoup plus encline à vous croire 🙂 et je suis rassurée puisque je peux vérifier si nécessaire en appelant votre ancien employeur…

    J’ai le même avis pour les compétences « logiques » en fonction du métier. Si vous visez un emploi comme chargée de veille, il est superflu de noter que vous avez des compétences en veille… Pareil pour un emploi dans le secteur de la restauration, si vous notez que vous savez cuisiner 🙂 Non, l’intérêt ici serait plutôt d’indiquer que vous avez déjà participé à la création de repas pour 100 convives ou bien que vous avez de réels savoir-faire en pâtisserie… bref, des compétences « bonus » que d’autres n’auront pas forcément développées, et qui seraient parfaitement mises en valeur sur le haut du CV.

    Voilà pourquoi je n’ai pas ajouté de rubrique compétences pour cette trame 🙂 Qu’en pensez-vous?

  3. 22/06/2014 at 17:52 #

    Je comprends votre hésitation sur les blocs compétences qui souvent n’apportent aucune valeur ajoutée au parcours sauf dans le cas où la compétence s’appuie et appuie les missions ou les résultats annoncés dans le CV comme une maîtrise ou une expertise et la phrase ne doit être banale.

    Evidemment, il y a des postes où différentes expertises sont utiles et dans tous les cas la preuve doit être apportée dans la rubrique expérience grâce à la fonction et aux réalisations ou résultats.

    Je préconise souvent dans l’analyse d’une offre d’emploi sur la laquelle on souhaite se positionner, de réfléchir à un exemple de réalisation ou de résultat utile au poste et de les contextualiser en une phrase pour la lettre ; cet exemple, dans ce cas, doit illustrer la / les compétence (s), la / les missions annoncées dans le CV.

    Sur ce point, nous sommes d’accord qu’il faut illustrer la réalisation, la mission par un résultat qualitatif ou quantitatif dans le CV et qui prouve un savoir-faire.
    Dans la lettre, il faut illustrer le(s) moyen(s) de faire, les ressources utilisées, ce qui prouve le savoir-agir dans un contexte.

    Sachant aussi le temps qu’accordent les entreprises à la lecture du CV, celui-ci doit percuter très vite, soit dans le 1er tiers, soit avec des mots clés en gras dans l’expérience.

    Sachant que l’œil ballait la page en zigzag de gauche à droite, la position des mots clés doit judicieusement se trouver en début et fin de phrase pour que l’employeur les mémorise rapidement. Ce type de rédaction est un peu plus complexe tout en gardant le sens des mots.

    Par conséquent pour un poste, un CV puis à chaque offre le même CV adapté à l’offre. Souvent les candidats ne maîtrisent pas l’adaptation du CV et de la lettre, c’est un vrai boulot.

Les commentaires sont fermés